Vert…tiges

La rosée joue la funambule sur les grandes feuilles chlorophyllées et le soleil met en exergue la transparence de ses perles d’eau.

Les vert sont vifs et se déclinent en divers tons dans ce labyrinthe organisé.

Un carré de haricots plats, une rangée de blettes élancées, des fanes touffues forçant le plafond de terre. Tout est méticuleusement segmenté.

Les petits pois sont pour l’instant, étriqués dans leur étui vert pâle mais se lâcheront bientôt dans une folle danse sur la piste en fonte.

Une chenille aux poils soyeux ondule sur la grande prairie que lui offre le chou pommé. Pas de glissade intempestive, elle prend son temps et ne trahira ce matin aucunement cette main creusée.

Longueur par largeur, au carré ou divisé, multiplication des espèces, progressivement soustraites pour satisfaire et épater nos papilles.

Des tuteurs, fiers de leur mission, font office de sentinelle, sous l’œil bienveillant de l’ail chargé d’épouvante et flanqué d’un vieux râteau aux dents acérées.

Tout ce vert, de sa cape protectrice, cache un éventail de couleurs qui se démasquent au fil des jours.

A l’aube, la fraicheur saisit mais tonifie cette apothèque de vitamines.

Puis l’aurore boréale du matin, luminescence exquise, laisse place à une incandescence rougeâtre le soir tombé.

Patricia