La maison de mes rêves

Vous allez voir, elle est formidable, vous allez aimer. J’ai eu un vrai coup de foudre, j’ai signé le jour-même. Pourtant, vous me connaissez, toujours à peser le pour et le contre, je vais réfléchir, oui mais peut-être que…. Mais là, le choc ! Tout de suite amoureuse.

On arrive, c’est juste au bout du chemin. J’espère que vous n’avez pas vos souliers du dimanche, c’est un peu boueux. Pour l’instant. Mais vous allez voir. Bon, je sais ce que vous allez me dire, j’ai quelques travaux à prévoir. Mais j’ai déjà tout dans la tête.

Voilà, c’est là. Attention aux flaques en descendant de la voiture. Regardez-moi cette façade, hein ! Une fois les fenêtres rafistolées, les volets repeints, la porte réparée, vous imaginez la merveille ? Allez, je vous ouvre la porte de mon château. Entrez, entrez, ne restez pas dehors. Voici le vestibule, grand, comme j’aime. Le carrelage est un peu dépareillé mais on m’a parlé d’artisans qui dénichent des merveilles paraît-il. Des tomettes, rouges, bien cirées, un bon décapage pour débarrasser la pierre de ce vilain enduit et le tour est joué. Ou un dallage blanc et des murs passés à la chaux, pour la lumière, ce serait pas mal non plus. Ou une moquette paillasson, c’est vrai que pour l’entretien…Qu’est-ce que vous en pensez ? Et puis là un porte-manteau, un canapé ici. C’est accueillant un canapé dans une entrée, un canapé en rotin avec des coussins fleuris, ce serait pas mal, non ? Et un meuble pour ranger les chaussures là, dans l’angle. Ou là plutôt, oui là ce serait mieux. Ou alors je laisse quasiment vide, pour garder l’espace, genre zen, avec juste deux trois patères au mur.

Allez, on continue. Avancez, avancez, oui à gauche. Et voilà la cuisine. Il faut l’imaginer un peu arrangée. Vous enlevez le lino et vous mettez les mêmes tomettes que dans l’entrée. Les planches vous les remplacez par un buffet en chêne. J’ai aperçu plusieurs brocantes dans le coin. Vous virez ces casseroles encore accrochées à leurs clous – dommage qu’elles ne soient pas en cuivre celles-là. Vous installez un évier avec une robinetterie moderne et vous avez une cuisine de rêve. Avec au milieu une grande table de ferme et deux bancs, dans ce sens. Ou dans ce sens. Pour recevoir tous les amis. Ou alors juste une petite table ronde, pour des petits déjeuner à deux quand j’aurai trouvé mon prince charmant. Ou pas de table et juste un grand plan de travail pour cuisiner à l’aise. En même temps, je ne cuisine pas beaucoup, c’est vrai. Mais c’est vous qui insistez toujours pour apporter de bons petits plats !

On passe à côté ? Oui, par là, l’autre porte ce sont les toilettes. Futures toilettes. Ici c’est encore plein de vieilleries, ce devait être un débarras. Mais regardez, moi, je vois déjà. On recouvre le sol de terre battue avec des tomettes. Ou un plancher. C’est bien un plancher aussi, mais plus difficile à entretenir. Et le ménage et moi…On perce deux fenêtres, là et là, deux grandes fenêtres qui donnent sur le jardin. Futur jardin. Oui oui, je sais, les murs sont très épais. Mais houa ! Un grand soleil pour illuminer la pièce à travers des rideaux de dentelles. Ou pas de rideaux, pour plus de lumière. Ah oui, on est au nord, tu crois ? La cheminée, on la restaure, on colle un grand canapé et deux fauteuils juste devant, autour d’un grand tapis. Je sens déjà la chaleur des flammes. Ou alors juste des coussins par terre, des gros poufs. Et plein d’étagères pour les bibelots que je vais dénicher. Chez les brocanteurs du coin. Ou alors juste une grande bibliothèque, oui, avec plein de livres, sur tout ce mur. Non, celui-là.

Allez, je vous montre le reste. Il y a de quoi faire plusieurs chambres encore, pour quand vous viendrez en vacances.

Au fait, vous faîtes quoi cet été ? Si on s’y met disons de mai à septembre, quand les jours sont bien longs, je pense qu’on serait bons pour la crémaillère en octobre. On se fera une belle flambée et on fera cuire des pommes de terre dans la cendre.

Martine