Tu t’es réchauffé très vite au creux de ma main

Tu t’es réchauffé très vite au creux de ma main, tu t’y es lové comme un chat qui s’endort contre son maître un soir d’hiver. Maintenant c’est toi qui me réchauffe, ma paume n’ose plus s’ouvrir, tu fais corps avec elle.

 Un long voyage, dont j’ignore tout, a lissé tes aspérités, effacé tous les angles abrupts qui blessent, tous les tranchants qui entaillent, tous les reliefs qui entament.           Ta forme est juste adaptée à ma main, tu as trouvé ton abri ultime et tu y as installé ta forme ronde, presque plate. Tu sommeilles sous mes doigts repliés. Tu me caresses, tu chasses les tensions qui habitent mon corps. Je ne résiste pas.

     Une chaleur douce glisse le long de mon bras, se répand dans ma poitrine. Les battements de mon cœur ralentissent, ma respiration ne fait plus qu’un avec la tienne, façonnée par le flux et le reflux des vagues qui t’ont roulé, bercé, malmené.

     Tu as gardé la couleur grise des jours d’orage et ta surface mime le dessin de l’écume sur le sable, dentelle blanche ourlée de gris. Je ne sais rien de ta longue vie. Je ne sais rien des flots qui t’ont porté, des plages où tu t’es échoué, des pieds qui t’ont foulé, des mains qui t’ont touché, des regards qui t’ont frôlé.

     Un jour peut-être as-tu fait la joie d’un enfant qui t’a fait ricocher sur la surface de l’ océan. Peut-être as-tu souffert un jour du coup de pied donné par un autre, par jeu ou par colère. On t’a peut-être pris en main observé, tourné et retourné comme une pièce, côté pile, côté face, et finalement rejeté : pas assez lisse, pas assez brillant. On t’a peut-être propulsé au loin d’un geste puissant pour mesurer sa force, prendre le pouvoir.

     Tu as atteint le bout de ton chemin, là, dans le creux de ma main. Tu as été soustrait au sort tragique d’autres que toi, choisis pour arme, soumis à la folie des hommes. Tu as échappé à ces mains cruelles, à ces âmes barbares. Personne par toi ne trouvera la mort, personne sous ton jet ne tombera inanimé.

Martine

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *