Au fil des airs

(BACH)

Sur le violon grinçant, les larmes coulent
Sur les discrètes notes noires et blanches, le cœur bat
Aujourd’hui, elle est mélancolique
Aujourd’hui, sa tête vacille, de gauche à droite
Elle voit ce pantin qu’elle était, blessé par ces mains rugueuses
Marionnette éplorée qui suffoque dans la douleur

Mais aujourd’hui, elle veut respirer

Vivre et humer les champs de lavande
Vivre et rire sous les oliviers argentés
Une cigale au soleil qui renaît

(AIRBOURNE)

Elle part
Elle déchire ses chaînes, lambeaux qu’elle offre aux vents
Elle est fière, heureuse d’être restée debout
Fière d’être arrivée jusqu’à elle
Le mal est derrière elle
Elle ferme les paupières et sourit

(SARAMABALOUF)

Ses dents éclatantes brillent à l’avenir
Elle respire
Elle gonfle ses poumons, altière
Elle tourne sur elle-même
Elle s’aime
Fini la panique d’être seule
Terminé les larmes sur le ciel noir du plafond
Entourée de lumière, elle écoute les frissons de joie parcourir son corps

Des pieds à la tête, elle sourit
Des racines au ciel, elle sourit
Le corps euphorique est là, enfin
Oublier le corps abîmé, oublié le meurtre de l’enfant

(MILTEAU)

Aujourd’hui, elle est femme et elle vit sa vie de femme
Elle a fait entrer la douceur dans sa vie
Le souffle de la femme sur sa nuque
La peau de la femme sur son ventre
Elle chante la légèreté
L’être respire
Le repos est proche

Elle avec Elle
Elle chatouille son bonheur, chaque jour

(TATI)

Elle avance et elle ne reculera pas
Elle avance et elle ne tombera pas
Main dans la main, elles avancent, toutes les deux, avec l’enfant au milieu
Et puis l’enfant se déplace
L’enfant joue, le sourire du bonheur sautille
Devant, derrière,
Aux côtés de la mère, un baiser dans le cou
Aux côtés de l’épouse de la mère, un clin d’œil au coin des lèvres
Allégresse dans les cœurs féminins

Trio qui devient point à l’horizon

La vie est à elles

 Aline BERTAUDON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *