Réponse / Madame, j’ai remarqué

Madame,

J’ai remarqué cette lueur inhabituelle dans la nuit au loin dans la lande et me suis interrogé sur son origine. A vrai dire pas longtemps car la vie de mes contemporains m’intéresse peu et j’avais du bois à rentrer pour l’hiver.  Désormais, j’ai ma réponse. Comme quoi j’ai bien fait de ne pas chercher trop longtemps.

Je passerais rapidement sur ce procédé cavalier de glisser votre missive sous ma porte. Une correction élémentaire aurait été de frapper. Cela se fait chez les gens bien élevés, y compris à la campagne. L’accueil aurait été sans doute rude car je suis un peu misanthrope mais vous apprendrez que la porte d’un Breton est toujours ouverte même pour les casse-pieds.

Oserais-je vous rappeler que la Bretagne n’est pas une île et la presqu’île de Crozon où nous nous trouvons tous les deux non plus. On ne dit pas le chemin côtier mais le sentier des douaniers. A l’avenir, cette précision vous permettra de faire illusion plus de deux lignes et de ne plus passer pour une touriste égarée.

Vous êtes bien la seule à observer des  « mouettes rieuses » pendant vos ballades,  la mouette tridactyle de son vrai nom est peu visible en cette saison. Vous avez du confondre avec des  goélands  ou plus surement avec des fulmars boréal. L’ornithologie n’est pas votre fort mais je vous pardonne. Vous devez lire beaucoup, Daniel DEFOE, Michel TOURNIER et plus encore les soeurs BRONTE. A chacun ses passions.

Au risque de vous décevoir, je ne m’appelle pas Vendredi mais Yves LEGUEDEC. Je ne suis pas gardien de phare, naufrageur ou terre-neuvas mais plus simplement ingénieur géologue. J’arpente le monde à la recherche de gisements de minerais et, entre deux missions, je me réfugie ici. Au calme, normalement. Ma femme m’a quitté. Mes enfants sont loin, à Rennes. Je suis bourru et solitaire mais excellent cuisinier.

Si ces quelques lignes ne vous ont pas effrayées, passez donc dîner un de ces soirs, à votre convenance.

Je vous parlerai de la beauté de l’hiver en Bretagne, de la pêche à pied, du coefficient des marées, des couleurs changeantes de la lande, des chants du vent d’ouest. Autant de sujets qui chasseront plus surement votre mélancolie qu’une méchante dépression hivernale ne nettoie notre ciel.

Dans cette attente,

Bien à vous,

 Yves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *