Je regarde la maison aux volets bleus

Je regarde la maison aux volets bleus. Un peu vieillotte et ravissante.
C’est à l’aube que j’ai trouvé votre pli. Je l’ai lu.
Je dois bien l’avouer, cette jolie maison isolée, m’intriguait moi aussi.
Depuis une semaine, je suis réfugiée dans cette maison, blanche celle-là,
prêtée par des amis . J’y suis seule aujourd’hui, mais dans quelques jours,
ma fille doit me rejoindre .
Alors, en attendant, j’essaie de me retrouver, marcher, respirer, à mon rythme.
Un besoin irrépressible de rejoindre ma propre pensée.
Cet après-midi, je me suis promené le long de la falaise.
J’ai entendu vos mouettes et le chant assassin des vagues.
Hurler sa douleur !
Échouer tel un naufragé !
Vous savez, je crois que c’est bien de le dire, c’est bien de l’écrire.
Je sais le désert et l’absence.

Je ferai un gâteau ce soir et frapperai à votre porte demain matin.

Tonie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *