Infusion

Ce mot qui pour certains évoque rhume et fatigue, éveille en moi une ambiance toute différente, quasi régressive, doudou, roudoudou, cocon et feu de bois.

J’aurai ramassé le tilleul un soir de Juin, dans le douce fin d’une de ces chaudes soirées d’été dont le souvenir infusera en même temps que les plantes.

Le thym viendra des garrigues surplombant la belle bleue, la première gorgée sera chargée de l’intensité de la lumière bue, du parfum entêtant qui sature l’air chaud au moment de la cueillette, du grésillement strident des cigales et, au lointain de la joyeuse musique des sardanes.

La verveine dont le parfum citronné aura embaumé le jardin réveillera la nostalgie de ces longues tablées estivales où le monde se défait et se refait à l’infini.

L’atmosphère sera douce, la musique en fond sonore et les bruits feutrés, des éclairages en demi-teintes, quelque bougie discrètement parfumée au figuier, des coussins et un plaid accueillant, le chat ronronnant tout proche, le livre ou les amis présents.

Elle sera prétexte à un moment de tranquillité solitaire ou bien à un partage de confidences chuchotées entre amies, entre sœurs, entre nous.

Y infuseront nos souvenirs, nos idées, nos projets.

Marie