Histoire

C’était une histoire qui faisait peur et j’adorais cela.

Ma mère la racontait à la tombée de la nuit.

Une histoire à plusieurs voix où elle jouait chacun des rôles.

Pour la sorcière, elle prenait une voix lente et profonde.

Celles des enfants étaient d’un ton empreint d’une douce naïveté.

L’inquiétude grandissait au fur et à mesure du récit.

Les scènes d’épouvante dans une obscurité palpable succédaient

à l’énonciation de bruits effrayants,

le village désert et la maison hantée par des oiseaux de nuit.

J’étais lovée dans les bras de ma mère

qui me décrivait un monde cruel

et m’en protégeait absolument.

L’histoire se terminait toujours de façon identique :

les enfants sont sauvés et la sorcière punie.

Rassérénée, je pouvais m’endormir

sans m’empêcher toutefois de m’identifier aux enfants rescapés.

Mais qui était la sorcière de mon histoire ?

Tonie