Envieuse

Émilie exulte. Certes elle vient de dépenser une coquette somme : deux cents euros. Elle devra se contenter de pâtes les deux prochaines semaines . Cependant elle ne regrette rien. Demain, elle en est sûre, Hélène bavera de jalousie devant cette merveille.

Enfin Émilie tient une revanche attendue depuis des lustres. Avec cette paire de bottes en agneau elle clouera le bec de cette pimbêche.

Chaque mercredi – Délices et douceurs ferme ses portes le mercredi et le dimanche – Hélène écume les boutiques. Elle revient le jeudi nippée de neuf, et épie le regard envieux des autres vendeuses. Émilie se détourne et tente d’ignorer les simagrées de cette prétentieuse. Collée avec le propriétaire de Tartines et confitures – maquée prétend Brigitte – Hélène le soulage régulièrement de plusieurs centaines d’euros. Le pauvre – l’imbécile corrige Brigitte – ne se rend compte de rien. Les autres filles, comme elle, ne disposent que de leur maigre salaire.

Elle pleurera de rage, cette petite peste. Ces bottes – en soldes, Émilie ne s’en vantera pas, inutile que l’autre le sache – effaceront les mille vexations encaissées en silence.

Vivement demain, pense Émilie, ravie. Chose exceptionnelle, elle est impatiente de retrouver ses collègues.

Martine