Désormais

Désormais,

Désormais je fermerai ma porte .
Il ne sera plus question
d’attendre et d’espérer.
Je laisserai pousser mes racines,
Oublié le crayon, le rouge à lèvres.
Désormais je mangerai des frites
bien grasses, bien grillées
Avec un peu de mayonnaise.
Je boirai de la bière,
et même je roterai…
Désormais je dirai haut et fort
mes pensées les plus folles
sur les enfants blessés,
les hommes bafoués.
Je chanterai aussi
des carmagnoles et des luttes infinies
Je dessinerai sur les murs
des volcans en colère
Je dessinerai des femmes aussi
un peu comme celles de Niki.
Alors, alors peut-être de ce mot désormais,
je jetterai les dés, ne restera que l’or,
celui de ton sourire, de ta peine apaisée .
Mais, je fais quoi du mais ?

Tonie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *